Godspeed You! Black Emperor – 1976 – Mitsuo Yanagimachi

Godspeed You! Black Emperor - 1976 - Mitsuo Yanagimachi

Documentaire brute sur le gang de motards Black Emperor, le réalisateur Mitsuo Yanagimachi s’intéresse à cette jeunesse tokyoïte rebelle rejetant toutes formes d’autorité du haut de son symbole de liberté, sa moto. Dans un premier temps, il va chercher à faire le portrait d’un des motards, revenir sur son expérience privée et voir l’état des rapports avec le reste de sa famille. Il nous montre la réalité du rebelle, derrière ses apparences poisseuses. Ensuite, pratiquement en roue libre, il laisse place au fonctionnement du gang, entre ses rendez-vous nocturnes, les affrontements avec d’autres gangs, les réunions privées et le bizutage. Sans les juger, la caméra filme le quotidien des Black Emperor.

Godspeed You! Black Emperor - 1976 - Mitsuo Yanagimachi

Le groupe procure aux jeunes un sentiment d’appartenance, il leur donne une identité en même temps qu’une liberté partagée à plusieurs. Seuls, ils ne représentent rien, ils sont en marge du système et de ses habitudes. Alors qu’entre eux, ils sont comme des frères, ils essayent de s’entraider, tous doivent se faire confiance et pouvoir compter les uns sur les autres. Lorsqu’un nouveau membre est admis au sein du gang, tous les anciens s’amusent à exagérer, se faisant passer pour des clodos sans emploi et avec très peu d’argent. Une façon de tester la réactivité d’un membre, de le mettre directement dans le bain.

Godspeed You! Black Emperor - 1976 - Mitsuo Yanagimachi

Derrière ces apparences de durs à cuir, on retrouve des jeunes démotivés n’acceptant pas les règles du système. Ils se moquent de l’autorité et doivent régulièrement affronter la police et ses contraintes. Les policiers ne rigolent pas même s’ils essayent des fois de se montrer coopératifs, de ne pas être dans un rapport de soumission. Mais rien à faire, l’entêtement des motards les emmène droit vers les problèmes avec la justice. Dans ce genre de situation, la police convoque les parents pour leur demander des excuses écrites.

Godspeed You! Black Emperor - 1976 - Mitsuo Yanagimachi

Les parents ne font plus grand-chose pour leur fils rebelle, ils ont perdu tout contrôle sur lui. Ils ne sont pas atteints par le désespoir mais plutôt par l’indifférence, par la lassitude. Quand deux parents témoignent face à la caméra, ils avouent être dépassés par la situation. Ils ne peuvent rien pour empêcher leur fils de se droguer ou de sortir à des heures tardives, et encore moins de contrôler ses connaissances. Pourtant, le fils essaye d’attirer l’attention parentale. Lorsqu’il doit se rendre au tribunal le lendemain, il demande à sa mère de l’accompagner comme s’il était un petit enfant fragile qui a besoin du réconfort maternel. Alors il prend un peu de temps pour dialoguer avec sa mère, essayer d’établir un contact. Mais la mère est peu réactive, et pas vraiment intéressée par les paroles de son fils. Elle finira pas accepter sans grandes convictions, plus par obligation que par amour.

Godspeed You! Black Emperor - 1976 - Mitsuo Yanagimachi

Avec cet exemple, le réalisateur démontre bien la fracture nette entre les parents et l’enfant. Et pour renforcer cette impossibilité de communication entre les deux partis, il opposera via un montage en parallèle une mère récitant un mantra et un jeune fumant sa clope en écoutant un vinyle pop. D’un côté il y a l’espoir, de l’autre il y a juste une complaisance cool. Les sons de la prière et de la musique vont finir par s’affronter tout au long de cette scène, donnant l’impression d’une lutte acharnée où chacun des sons va essayer de prendre l’avantage sur l’autre. C’est la prière qui finira par dominer la bande audio, avant de disparaître progressivement sur la scène suivante, se déroulant dans la rue, comme un retour à la réalité.

Godspeed You! Black Emperor - 1976 - Mitsuo Yanagimachi

Dernier espace de liberté, le gang est une famille avec des règles basiques. Les motards ne doivent pas trahir leurs frères de route ou encore mentir, s’ils disent quelque chose alors ils le respectent. Certains voient le gang seulement comme un passe-temps, ou se désintéressent juste de l’idée de groupe, trop habitués à servir avant tout leurs propres intérêts. Ceux-là sont traités violemment par les anciens, ils se font frapper et humilier sans pouvoir répondre. D’ailleurs pour ce cas, le réalisateur va s’intéresser à un jeune ‘traître’, on va le voir en dehors du gang écouter de la musique et rigoler avec ses amis puis devant les anciens, se taire et même pleurer. Mais peu importe, la violence n’est qu’un passe-temps, les anciens abusent bêtement de leur maigre autorité de renégat.

Godspeed You! Black Emperor - 1976 - Mitsuo Yanagimachi

Les Black Emperor rassemblent de jeunes paumés, sans aucun repère, ni avenir dans la société. Aux yeux de tous, ils sont considérés comme des voyous, ils fument, se battent et envahissent les routes, unique endroit où ils existent vraiment. Sinon, ils n’intéressent personne, leurs parents n’ont aucune emprise sur eux et les passages au commissariat ou au palais de justice ne changent rien à leur mode de vie. La société n’a plus rien à offrir à ces jeunes, ils n’ont rien qu’une moto et des camarades de galère.



comments powered by Disqus